Le post-partum tel que je ne l’avais pas imaginé – Partie 3/3

photo-1492725764893-90b379c2b6e7
Pour cette dernière partie « bonus » sur le post-partum, les températures de la semaine m’ont inspiré cette introduction :
Le post-partum c’est comme la canicule, si tu l’anticipes, il ne fera pas moins chaud, mais ce sera plus supportable et serein.
En partie 1 et 2, je n’ai pas raconté mon histoire pour faire peur aux futures mères qui ont déjà leur lot de stress et d’injonctions. Au contraire, je pense que de s’informer rend les attentes plus réalistes que « tu verras, c’est que du bonheur » et cela a deux conséquences positives :
  • les bons moments seront particulièrement appréciés car on saura dès le début qu’ils sont précieux et à savourer pleinement ;
  • les moments difficiles seront moins déstabilisants car considérés comme normaux, passagers et communs à tous les nouveaux parents.
Prêt ? Personne ne l’est. La preuve :
View this post on Instagram

I worked as a NICU and postpartum nurse, a birth doula, a midwife, and a lactation consultant. I’ve cared for hundreds of women postpartum. I knew what to expect for my recovery and how to care for a newborn. Guess what? Being a new parent rocked me. It took me by surprise. I experienced new sensations, vulnerabilities, and an overwhelming amount of love for a new human that, at times, bordered on anxiety. No amount of training can adequately prepare you for becoming a parent. Getting to know yourself and your child takes time and is a part of the learning process. But I do believe there is more we can to do mentally prepare for parenthood. There’s a psychological gestation to becoming a parent just as much as there’s a physical gestation. In pregnancy, there is a physical tug of war. The body expands to make space for the baby, and this leads to physical discomforts, like back pain, weight gain, and what feels like an always full bladder. In parenthood, there is an emotional tug of war. Your needs and your baby are, at times, in direct competition. Your baby eats on demand, has an unpredictable sleep schedule, and can't move without you. You still have emotional and physical needs to be met. You're learning how to take care of yourself and a small, vulnerable human who relies on you. Figuring out how to navigate your needs and baby's needs begin at conception and escalate quickly with the birth of your child. It's something that is difficult to learn and will continuously evolve with time. Let’s help each other out by speaking openly about what we did (or didn't) do to feel equipped for pregnancy, postpartum recovery, and early parenthood. Share your story below 💕 . . . . . . . #postpartum #thirdtrimester #fourthtrimester #postpartumbody #postpartumhealth #postpartumanxiety #thisispostpartum #strongmama #yougotthismama #realmoms #postpartumjourney #newmom #pregnancylife #9monthspostpartum #6monthspostpartum #postpartumcare #postpartumsupport #maternalmentalhealth #lactationconsultant #doulas #momlife #momlifebelike #honestlymothering #matrescence

A post shared by Morgan Michalowski, CNM, IBCLC (@morgan_michalowski) on

Pour beaucoup de choses dans la vie sur lesquelles on n’a pas vraiment de maîtrise, on peut toujours « favoriser » un certain scénario. Rien n’est garanti et la vie est pleine de surprises dans le bon comme le mauvais sens. Mais, quand on favorise une bonne préparation de son accouchement, sa guérison physique, son équilibre psychique, son allaitement, … il y a quand même plus de chance de mieux vivre l’après.
On subit moins une situation lorsqu’on est dans une démarche active plutôt que passive.

Voici quelques idées pratiques auxquelles j’ai pensé pour un post partum un peu plus doux :

Avant d’accoucher

  • Préparer en amont la liste des administrations auxquelles déclarer la naissance (mairie, employeurs, mutuelle, impôts, assurance habitation, …).
  • Anticiper l’équipement souhaité pour accueillir le nouveau membre de la famille et de l’humanité, j’ai fait un article à ce sujet.
  • Faire des stocks utiles au fonctionnement de la maison : papier wc, cotons-tiges, gel douche, lessive, etc. Tout ce qui nécessite habituellement un réapprovisionnement, ce sera ça de moins à penser !
  • S’inscrire sur un site de livraison de courses avec menus, comme Quitoque pour se simplifier la vie quotidienne. D’ailleurs, tout ce qui va dans ce sens est le bienvenu, comme prévoir un service de ménage les premières semaines après la naissance !
  • Acheter des culottes très confortables (éventuellement une taille au dessus de la sienne) : après l’accouchement et durant toute la durée des saignements, cette « no go zone » à laquelle vous aurez à peine le temps de penser vous sera reconnaissante de pouvoir se rétablir confortablement !
  • Préparer des « frozen pads » ou « popsicles » dans son congélateur, vos meilleurs amis de retour de la maternité en cas d’accouchement par voie basse. Voici un article assez drôle qui explique la recette. Vraiment, ça fait du bien !
  • Au risque de me répéter, le livre à lire à l’approche du terme : Bébé dis-moi qui tu es. Et un autre à lire dès le début de sa grossesse, pour celles qui veulent se plonger dans les pensées de leur bébé et connecter avec lui même in utero : Ecoutez-moi grandir.
  • Ecouter des récits d’accouchement et de post-partum sur le podcast Nouveau Chapitre (mon épisode chouchou est celui avec Agathe Lecaron, animatrice de La maison des maternelles sur Fr5, je suis tellement fan de son franc-parler et elle y dit beaucoup de vérités !).
  • Participer à un atelier « Préparer son after… accouchement » par Les Ateliers Petit Grain. Je regrette personnellement de ne pas y être allé. Le prochain a lieu le 2 juillet 2019 dans le 19ème arrondissement de Paris, inscrivez-vous s’il reste des places !
  • Contacter en amont une sage-femme à proximité pour un suivi régulier après le retour de la maternité (il y a deux visites officielles prévues par une sage-femme envoyée par la sécurité sociale, mais ce sera plus une formalité qu’autre chose). Si vous comptez allaiter, une sage-femme ou une conseillère en lactation qui peut se rendre disponible pour suivre l’allaitement n’est pas un luxe.

Après l’accouchement

  • Déléguer et ne pas chercher à avoir d’autres projets que de s’occuper de ce nouvel être en pleine acclimatation. Je suis du genre à aimer faire les choses « moi toute seule » mais c’était le moment d’apprendre à lâcher le contrôle et accepter de l’aide.
  • Exprimer ses besoins, ses émotions et sentiments contradictoires. Et ne pas chercher à forcément cacher ses moments difficiles à son bébé, il ressent les choses.
  • Se rappeler que les premiers 100 jours sont particulièrement intenses mais que ça va de mieux en mieux. De notre côté, après 6-7 mois nous avons petit à petit retrouvé un rythme à peu près normal
  • Passer un coup de fil à une autre maman avec qui on sait qu’on pourra ‘parler vrai’ et pleurer. C’est ce qui m’a fait énormément de bien à chaque fois.
  • Le meilleur conseil de professionnel entendu pour les papas : gentiment s’imposer à base de « ça me ferait plaisir de faire une ballade avec notre bébé pour un petit tête à tête avec lui », « je me sens assez ressourcé pour gérer cette crise de larmes, je vais le prendre », etc. Plutôt que des questions du type « est-ce que ça te va si je m’occupe de lui donner le bain » ou des « tu en as assez fait ».
  • Les conseils : certains conseils reçus ont vraiment changé la donne pour nous. Ils ne sont donc pas tous à mettre à la benne. Il faut juste se tenir à distance de ceux qui mettent la pression ou donnent des leçons.
  • Ne pas être trop exigent avec son couple pendant la période où on ne dort pas, aussi longue soit-elle.
  • Après une épisiotomie ou une déchirure, les douleurs peuvent persister après la cicatrisation. C’est mon cas. Au bout de 8 mois post-partum, j’ai recontacté le service de gynécologie de l’hôpital où j’ai accouché et je bénéficie depuis de séances de radio fréquence et c’est très efficace ! Ce n’est pas du tout connu donc j’en parle.
  • Ne pas hésiter à consulter son médecin en cas de difficultés à gérer cette période qui peut être stressante et déstabilisante. Après l’accouchement, une maman est fragile et vulnérable.
  • Suivre la progression du développement de son bébé et de ses besoins avec le livre de référence « Points forts de 0 à 3 ans »; qui aide à comprendre les comportements parfois surprenants de son bébé.
  • Continuer de lire des témoignages qui font qu’on se sent moins seules.
  • Voici quelques comptes instagram qui apportent des informations utiles et du soutien : une infirmière périnatale @agence_happymumandbaby, une facilitatrice d’allaitement @apasdemoa et une illustratrice qui fait des dessins sur ce vécu @helenetheillustrator.
  • Se rappeler qu’on accomplit des exploits !

Vous pouvez me suivre sur Facebook et Instagram mais aussi vous abonner au blog pour recevoir tous les nouveaux articles par e-mail (dans le coin à droite de cette page apparait normalement un bouton qui vous propose de vous abonner) !

BONUS :

View this post on Instagram

Monday’s Mantra by @annagannonyoga . I’ve never been good at receiving support. In fact, I’ve often drove myself into the ground because I didn’t want my needs to be a burden on anyone else. But throughout this postpartum experience, I’ve realized the opposite. Allowing others to help me, doesn’t mean I am burdening them, it means I am loving them. Support, as it turns out, is an exchange in love. Letting love flow from one person to the next and back again… Letting love expand and grow from the inside out… So this is my greatest hope for all postpartum mamas: Allow others to be there for you. And as always, remember to mother yourself as much as your little ones. ❤️💫 . . #postpartumrealtalk #motherhood #momlife #expectful #meditation #birthwithoutfear #birthofamama #love #support #parenthood #motherhoodunderstood #loveyourself #im1in5 #postpartumjourney #postpartumhealth #maternalmentalhealth #mothercare

A post shared by Postpartum Realtalk (@postpartum__realtalk) on

View this post on Instagram

Super accurate 🤣

A post shared by Mommy Wave (@mommywave) on

View this post on Instagram

#this_is_postpartum "To the mama who's crying on your bathroom floor right now wanting her body to look like it once did before baby…. To the mama who hasn't had a chance to workout in weeks, months or since baby…. To the mama who's clothes no longer fits and choose to stay in pjs all day…. To the mama who's being asked "when are you due" when you've already had your baby…. To the mama who has no time to stick to a healthy diet or having the time to always make home cook meals for herself and kids…. To the mama who grabs and pinches at her belly rolls every so often…. To the mama who's completely drained and struggles to accept her new self…. I'm here to tell you You. Are. Amazing You. Are. Seen You. Are. Loved You. Are. Worthy You. Are. Enough. Mama!“// #repost from the inspirational @denupzter 💕

A post shared by Elfe Juvenile Products (@elfejuvenileproducts) on

View this post on Instagram

It’s been a shitty week, topped off by Essie having her vaccinations yesterday which literally broke my heart and ended in a stressful trip to A&E when she wouldn’t stop screaming all day 😭🤯😩 So I wanted to talk about #mentalhealth for a minute and share with you how I cope with the dark days where I feel like there’s a big black cloud hanging over my head in the hope that it can help someone else ❤️ 💫 1. I honour my feelings. I feel sad right now and that’s okay, I’m human, it’s not shameful or embarrassing. It’s just part of life. 2. I thank God for the lesson in the struggle, and know that I’m gonna come out the other side that bit stronger and wiser. Hard days = growth. And we love growth ☺️ 3. I tell someone. I had a cry to Paul, and I text my friend Jess and told her I needed some help. It’s more than okay to ask for help 💪🏼 4. I went for a long ass walk. Fresh air doesn’t seem like much and it can be hard to get out of the house when you feel like hiding from the world, but movement and fresh air is everything when you have a build up of negative energy. 5. I stepped out of fear and in to a state of gratitude. I thanked everything around me from the trees to the sky, the people, my legs, my daughter, my house and the wonderful place that I live. 6. I put my happy playlist on and remembered that the world is a beautiful place despite how I feel 🌍 7. I set myself some small goals that I knew were manageable and would get me out of this rut. Walking every day, drinking more water, 10 minutes of meditation every morning and a gratitude journal, reading instead of watching TV. 8. I tell myself ‘this too shall pass’ and I hand my fears over to the Universe. Surrendering is soooo powerful. “I am sky, everything else is just the weather.” ❤️❤️❤️ #postpartum #mentalhealth #yougotthis

A post shared by M E G A N R O S E L A N E (@megan_rose_lane) on

Une réflexion sur “Le post-partum tel que je ne l’avais pas imaginé – Partie 3/3

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s