Vivre avec moins, rien que l’essentiel. Ou presque !

Alors non, je ne vais pas parler de minimalisme. Marie Kondo vous a déjà tout appris 😉 J’aimerais parler d’un concept que j’ai découvert il y a peu et qui m’a beaucoup parlé. C’est une nuance au minimalisme qui s’appelle, l’essentialisme. Je vais vous présenter ce concept en me basant sur l’explication qui en est faite dans l’ épisode dédié du podcast « Change ma vie ».

Parenthèse podcast

Change ma vie est mon podcast coup de coeur qui aborde chaque jeudi un nouveau thème lié à nos pensées et notre manière d’aborder la vie : « prendre des décisions », « savoir dire non », « la procrastination », … C’est expliqué de manière posée, avec des exemples concrets, et chaque épisode ne dure qu’une vingtaine de minutes. Personnellement, les épisodes que j’ai écouté m’ont donné de nouvelles perspectives auxquelles je n’avais pas pensé pour pousser plus loin des réflexions que j’avais déjà. Les sujets sont approfondis de sorte qu’ils dépassent les généralités ou les clichés. Vraiment, jetez-y une oreille !

Mais revenons à nos moutons.

Prise de conscience

Avant d’avoir un enfant, je me rends vraiment compte aujourd’hui que je faisais un peu ce que je voulais quand je voulais. A l’époque bien sûr, je voyais des contraintes à cette liberté comme des limites financières ou une mauvaise gestion de mon temps. Mais le tourbillon de la maternité est passé par là et ma vie telle que je la vivais a totalement été mise sur pause pendant plusieurs mois. Aujourd’hui, je sors peu à peu de cette période. J’ai moins de temps et d’énergie à ma disposition donc je veux pouvoir me concentrer sur ce qui est essentiel. Chose que j’aurais aussi déjà pu mettre en place avant, mais ce n’est que maintenant que ça prend son sens pour moi.

Choisir (moins) pour ne plus subir (trop)

Comme on ne peut pas tout faire et que personne d’autre que nous ne peut déterminer ce qui est essentiel pour nous, l’idée de l’essentialisme est de vivre une vie où il y a du temps et de l’énergie pour ce qui a le plus de valeur et de sens pour nous.

Vivre avec moins, c’est reprendre le contrôle de sa vie et moins la subir : nous pouvons choisir le type de vie et d’emploi du temps nous voulons.

Par le passé, j’ai plutôt eu tendance à subir la vie et à la laisser se remplir sans vraiment choisir de priorités intentionnellement. En découle un sentiment de trop-plein, de frustration et de fatigue, car tout est poursuivit au même niveau : vies sociale, familiale, culturelle, professionnelle, spirituelle, de couple, créative, … Rien n’est investi pleinement et donc rien n’est vraiment satisfaisant. Et sans s’en rendre compte, sa vie se remplit avec l’essentiel et les priorités des autres

Sortir de la comparaison avec les autres

Or, les essentiels des autres sont différents des nôtres. Et comme nous n’avons pas tous la même vie, les mêmes capacités ni les mêmes goûts ou aspirations, l’avantage d’être intentionnel est que cela nous sort de l’éternelle comparaison avec les autres. En étant plus satisfait de ses choix on aura aussi moins tendance à juger ceux des autres.

Ne mettons pas la barre trop haute, je pense que c’est un fonctionnement plutôt normal et par défaut. Et trouver son juste équilibre dans ses choix n’est jamais acquis. Mais à 30 ans, je me dis que dans 10 ans j’aimerais me dire que j’ai consacré du temps et de l’énergie pour ce qui était réellement important à mon coeur.

A chaque fois que j’utilise mon temps avec quelque chose qui n’est pas essentiel, je prive aussi le monde et les autres de la contribution que j’ai envie de faire dans le monde et pour mon entourage.

La question, n’est pas d’identifier si l’utilisation de son temps et son énergie est bonne, mais est-ce qu’elle correspond à ce qui est essentiel pour soi aujourd’hui. Cela s’applique à l’échelle d’une journée, d’un week-end, de vacances, etc. Tous les jours nous sommes face à une infinité de possibilité et d’idées à poursuivre. Mais pas une infinité de temps et d’énergie.

Mes outils

  • Faire des to-do, puis numéroter l’ordre de priorité (ça change tout !)
  • Ne pas prévoir plus de 2 choses essentielles à faire par jour (s’il y a le temps, on peut y ajouter quelque chose de moins essentiel)
  • Dépenser moins pour moins s’éparpiller et garder du budget ce qui est vraiment essentiel (mais ce n’est pas facile à définir, ni à maintenir…)
  • Economiser du temps et de l’énergie (tout en prenant soin de la planète) en limitant le réapprovisionnement : j’ai à coeur de limiter l’achat de jetables et d’investir dans du réutilisable (tapis de cuisson, serviettes de table en coton, gourde, …)

 

Pour en savoir plus sur ce thème, la référence est le livre de Greg McKeown, « Essentialism: The Disciplined Pursuit of Less ».

 

Suivez Le chat urbain sur Facebook et Instagram ou abonnez-vous au blog pour recevoir tous les nouveaux articles par e-mail !

 

Illustration de couverture : Laura O’Connor

Illustration Balance (jaune) de Stephanie Wunderlich

Illustration Five Circles de Rosi Feist

 

Une réflexion sur “Vivre avec moins, rien que l’essentiel. Ou presque !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s