Juste avant de reprendre le train-train quotidien…

La plupart des soirs, j’aime garder les yeux ouverts avant de m’endormir pour « voir les secondes passer » et ne pas être trop vite à demain. Une vraie pause avant que tout ne recommence. Et fin août, je ressens un peu la même chose, je ne remplis pas trop le programme et j’apprécie le calme de ces journées et soirées avant la reprise.

Alors, non, je ne travaille pas au rythme scolaire mais est-ce que je suis la seule à avoir davantage l’impression d’un « début d’année » en septembre plutôt qu’en janvier ? Je crois que c’est le fait de considérer l’été comme une ligne d’arrivée, puis l’effet de la grande pause estivale. Après ma dose de vitamine D et de repos, je me sens vraiment plus fraîche et énergisée pour envisager la suite. En janvier, par contre, je suis toute raplapla et je ne me sens pas le zèle des bonnes résolutions.

En cette fin août, à tête reposée -de la routine tout du moins-, à l’aube de la reprise du train-train quotidien, je vous invite dans mes réflexions pour une nouvelle année sur de bonnes bases.

Première inspiration, Brené Brown -vous n’avez pas finit d’en entendre parler, d’autres articles sur cette auteure sont à suivre… Dans l’un des chapitres de son livre La force de l’imperfection, Brené Brown raconte avoir un jour fait le point avec son mari sur la base de cette question :

Quand les choses vont vraiment bien au sein de notre famille, à quoi ressemble ce fonctionnement harmonieux ? Quels sont les facteurs en jeu ?

Parmi ses réponses personnelles, elle cite :

Le sommeil, l’exercice physique, une alimentation saine, faire la cuisine, du temps libre, partir en week-end, aller à l’église, être avec les enfants, maîtriser notre budget, un travail qui a du sens et qui ne nous « bouffe » pas, du temps passé avec les proches et les amis intimes, du temps pour traînasser. Telle est notre recette pour cultiver la joie et donner du sens à notre vie.

Ils ont comparé cette liste à la liste de leurs aspirations qu’ils complètent au fil des ans, et ils se sont rendus compte qu’elle ne contenait que des choses à acquérir (en gagnant plus d’argent et en en dépensant plus aussi) : une maison plus grande, un voyage dans tel pays, une augmentation de salaire, un challenge professionnel, …

Nous avons réalisé qu’il nous suffisait de supprimer les choses à accomplir et à acquérir pour vivre notre rêve – pas demain au prix d’efforts colossaux, mais aujourd’hui. Pour avoir une vie plus riche, mais pas au sens matériel.

Nous en tenir à la liste des choses qui nous procuraient de la joie et donnait du sens à notre vie n’a pas été facile. Il y a des jours où ce choix allait de soi, et des jours où je me retrouvais à croire que que tout irait mieux si nous avions une plus belle chambre d’invités ou une cuisine mieux aménagée, si je faisais une conférence à tel endroit ou si j’écrivais un article pour un magazine populaire, etc.

Ces passages du livre m’ont vraiment parlé, car je me suis retrouvée dans le fait de me mettre à la fois la pression sur la qualité de vie et sur ce que j’aimerais avoir ou accomplir. Avancer sur tous les plans à la fois n’est pas possible, et cela apporte de la frustration et dévalorise l’importance de la qualité des relations et du rythme de vie.

Personnellement, cette année je veux retrouver le plaisir d’avoir le temps de cuisiner, laisser de la place au vide dans l’agenda au moins 3-4 soirs par semaine, être plus raisonnable dans mes dépenses, partir plus souvent en amoureux sans forcément rejoindre des copains ou de la famille, ne pas rester tard au bureau, …

 

Et vous, quand les choses vont vraiment bien au sein de votre foyer, à quoi ressemble ce fonctionnement harmonieux ?

 

Dans la lignée de ces réflexions, j’ai dernièrement vu deux documentaires Netflix très bien réalisés qui encouragent à laisser tomber la consommation pour rechercher une vie qui a plus de sens. Je vous les recommande vivement ! Il s’agit de Minimalism et Happy.

 

> Retrouvez Le chat urbain sur Facebook et Instagram

Illustration par Jérémie Claeys

2 réflexions sur “Juste avant de reprendre le train-train quotidien…

  1. Merci pour l’article 🙂
    Perso, je me bloque toujours un jour « Off » dans la semaine et le bouger est quasi non-négociable. En général, c’est le samedi avec brunch devant un dessin animé et balade l’aprèm. Et un week-end « Off » (= sans responsabilité à l’église, gros évènement de prévu) par mois environ.
    Et puis, j’essaye de me ballader 1-2 fois par semaine parce que c’est mon VRAI moyen de me ressourcer et non Netflix 😛

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s